Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X

Dispense ou aménagement de la suspension de permis: conditions

Permis de conduire / Par Alexia.fr , Publié le 28/04/2008 à 16h35
partages
Partager
Twitter
Partager

Toutefois, cette demande d’aménagement de peine est impossible :
- lorsque le permis a perdu sa validité en raison de la perte par l’automobiliste de la totalité de ses points ;
- lorsque la juridiction pénale a prononcé l’annulation du permis de conduire, à titre de peine complémentaire ;
- lorsque le Code de la route a expressément exclu toute possibilité d’aménagement ou de dispense.
Il en va ainsi, depuis la loi du 12 juin 2003, lorsque l’automobiliste a été condamné à une suspension de son permis de conduire du fait :
-  d’un homicide par maladresse, par, imprudence, par inattention, par négligence ou par violation manifestement délibérée d’une obligation législative ou réglementaire particulière de sécurité ou de prudence (art. 221-6-1 et 221-8 du Code pénal) ;
- de blessures causées par maladresse, par, imprudence, par inattention, par négligence ou par violation manifestement délibérée d’une obligation législative ou réglementaire particulière de sécurité ou de prudence (art. 222-19-1, 222-20-1 et 222-44 du Code pénal) ;
- d’avoir exposé autrui à un risque de mort ou de mutilation (sans causer ni cette mort ni cette mutilation) par une violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement (art. 223-1 et 223-18 du Code pénal) ;
- d’un délit de fuite (art. 434-10 et 434-45 du Code pénal) ;
- de la conduite d’un véhicule malgré une précédente mesure de suspension, de rétention, d’annulation du permis ou d’interdiction d’en obtenir la délivrance (art. L. 224-16 du Code de la route) ;
- de la conduite en état d’ivresse (art. L. 234-1, L. 234-2 et L. 234-8 du Code de la route) ;
- du refus de se soumettre aux tests d’alcoolémie (art. L. 234-9 et L. 234-8 du Code de la route) ;
- de la conduite sous l’emprise de stupéfiants (art. L. 235-1 et L. 235-3 du Code de la route) ;
- du refus de se soumettre aux tests de dépistage de stupéfiants (art. L. 235-2 et L. 235-3 du Code de la route) ;
- de la récidive d’un délit de très grande vitesse (art. L. 413-1 du Code de la route).

Une question en Permis de conduire ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
Une question en Permis de conduire ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

J'ai été contrôlé samedi après 00h00 par la gendarmerie. ils contrôlaient toutes les voitures passant au rond point,...
Je me suis fait arrêter il y a 17 jour, on la contrôler positif au cannabis donc prise de sang. il mon appeler une...
Maître j'ai déménage fin juillet 2016 et oublié de changer l'adresse sur ma carte grise. je l'ai fait en...

Avocats les plus actifs
en Permis de conduire

1
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
14 problèmes résolus
2
Maître NADIA SEBAN
Maître NADIA SEBAN
12 problèmes résolus
3
Maître AIKATERINI TANGALAKIS
Maître AIKATERINI TANGALAKIS
1 problème résolu
4
Maître VALERIE  DUBOIS HELLMANN
Maître VALERIE DUBOIS HELLMANN
1 problème résolu
5
Maître Bernard DEBAISIEUX
Maître Bernard DEBAISIEUX
1 problème résolu