Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Délai de réflexion: signer ou pas la vente

Immobilier / Par Alexia.fr , Publié le 20/02/2008 à 11h59
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Notion et domaine d’application

Les dispositions protectrices de l’article L.271-1 du Code de la construction et de l’habitation, s’appliquent :
- pour tout contrat constatant ou réalisant la vente qui serait dressé en la forme authentique sans être précédé d'un contrat préliminaire, d’un compromis de vente ou d'une promesse unilatérale de vente … sous seing privé.
- acte conclu par un acquéreur non professionnel.
Ces conditions d’application sont cumulatives.
Donc, un délai de réflexion s'applique lorsque l'acte est conclu sous la forme authentique (c'est-à-dire par acte notarié) sans avant-contrat sous seing privé. C’est alors un préalable à la signature de l'acte authentique.

Attention !

Si l'acte authentique fait suite à un avant-contrat (promesse, compromis, offre d'achat) sous seing privé, pour lequel vous avez déjà bénéficié d'un droit de rétractation, vous n'aurez pas droit à un droit de réflexion avant la signature de l'acte authentique.

Le délai et la notification

Concrètement, si l'avant-contrat de vente est passé en la forme authentique (c'est-à-dire devant un notaire), ou si vous devez signer directement la vente sans faire d'avant-contrat, ce document doit vous être notifié, préalablement à la signature.
La notification peut se faire par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou par tout autre moyen présentant les mêmes garanties (par exemple par exploit huissier).
Le délai de réflexion est de sept jours à compter de la notification ou de la remise du projet d'acte.

Effets

A compter de cette notification, le candidat acquéreur dispose d'un délai de réflexion de sept jours avant l'expiration duquel l’acte authentique en question ne peut être signé.
Le délai de sept jours étant expiré, il peut ou non signer l’acte qui lui a été notifié.
Conformément aux dispositions de l’article L.271-2 du Code de la construction et de l’habitation, durant ce délai de réflexion, le versement d'aucune somme ne peut être demandé au candidat acquéreur.
Ce n’est qu’une fois ce délai expiré, s’il décide de conclure l’acte, que l’acquéreur aura à verser une somme d’argent (par exemple, versement d’un acompte en attentant la réalisation des conditions suspensives).
Le non-respect de cette règle est punit de 30.000 euros d’amende.

Une question en droit immobilier ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
8 oct. 2018 ... Outre la différence entre les termes "délai de rétractation" et "délai de réflexion", le...
10 janv. 2018 ... Sans la levée d'option dans le délai prévu, la promesse devient caduque. Cela signifie que...
31 mai 2008 ... Pour le forcer à prendre le temps de la réflexion, la loi impose au futur emprunteur de...
Une question en droit immobilier ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Est ce qu'une agence immobilière a le droit de m'interdire pendant ou après la période du compromis de vente de...
Résolue par Maître DAHAN
Que procure un droit de passage à celui qui le détient ? est-il en droit de l'utiliser dans toutes circonstances et pour...
Résolue par Maître VIEUILLE
J'ai envoyé un mail hier dans la journée pour faire une proposition d'achat sur une maison hors dans la soirée...
Résolue par Maître VIEUILLE

Avocats les plus actifs
en droit immobilier

1
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
8 problèmes résolus
2
Maître Lionel DREYFUSS
Maître Lionel DREYFUSS
5 problèmes résolus
3
Maître pierre legros
Maître pierre legros
3 problèmes résolus
4
Maître Samy Hamiani
Maître Samy Hamiani
3 problèmes résolus
5
Maître Amadou CISSE
Maître Amadou CISSE
2 problèmes résolus