Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Infractions routières : les cas dans lesquels le salarié risque une dénonciation

Travail / Par Alexia.fr , Publié le 26/03/2018 à 11h33
partages
Partager
Twitter
Partager

Fini le temps où l’employeur payait les amendes de ses salariés ! Désormais, afin d’inciter les employeurs à dénoncer les salariés ayant commis une infraction avec un véhicule appartenant à l’entreprise, un dispositif d’amende est prévu à l’encontre du chef d’entreprise. Une liste d’infractions routières donne les cas où une dénonciation s’impose.

Une obligation de divulgation sous peine d'amende

Pendant longtemps, les employeurs ont couvert les salariés ayant commis une infraction avec un véhicule de fonction ou de service de façon à leur permettre de conserver les points sur leur permis de conduire. Ainsi, lorsqu’arrivait une contravention pour excès de vitesse par exemple, l’employeur choisissait de prendre l’amende à sa charge sans dénoncer le salarié avant de s’arranger éventuellement avec le salarié pour le paiement de l’amende. Aucun point n’était retiré ni au salarié contrevenant ni au chef d’entreprise.
Désormais, l’attitude de l’employeur est scrutée de près. On exige ainsi de lui qu’il dénonce les salariés conducteurs, sous peine de plusieurs sanctions. L’employeur ne dénonçant pas le conducteur doit alors régler le montant de la contravention initiale, plus une amende forfaitaire de 750 euros.
Seules possibilités pour éviter l’amende ? Lorsque le chef d’entreprise déclare le véhicule comme volé, lorsqu’il y a eu usurpation de plaques d’immatriculation ou lorsqu’intervient un évènement de force majeure. L’employeur devant fournir tous les éléments justificatifs, comme une copie d’un dépôt de plainte pour vol.
Attention, une fausse déclaration va conduire à des poursuites pénales contre le chef d’entreprise.

Les infractions concernées

Il y a actuellement 11 infractions constatées par ou à partir des appareils de contrôle automatique pour lesquelles le salarié doit être dénoncé.

1- L'absence de port d’une ceinture de sécurité homologuée ;

2- L’usage du téléphone tenu en main ;

3- L'usage de voies et chaussées réservées à certaines catégories de véhicules ;

4- L'arrêt, le stationnement ou la circulation sur les bandes d'arrêt d'urgence ;

5- L'absence de respect des distances de sécurité entre les véhicules ;

6- Le franchissement et le chevauchement des lignes continues ;

7- L'absence de respect des signalisations imposant l'arrêt des véhicules ;

8- Le dépassement des vitesses maximales autorisées ;

9- Le dépassement ;

10- L'engagement dans l'espace compris entre les deux lignes d'arrêt ;

11-Le non-respect de l'obligation du port d'un casque homologué.


Fin 2018, une nouvelle infraction sera concernée : le non-respect de l'obligation d'être couvert par une assurance garantissant la responsabilité civile.

La procédure de dénonciation

Concrètement, lorsqu’il reçoit la contravention, l’employeur doit donner l’identité, la référence du permis de conduire et l’adresse du conducteur. Il dispose pour cela d’un délai de 45 jours.
Ces informations sont transmises via un formulaire déclaratif joint à l’avis de contravention, que l’employeur doit envoyer en lettre recommandée avec accusé de réception ou remplir en ligne.
Pour éviter des remous dans l’entreprise et que la situation soit mal vécue par les salariés concernés, il est conseillé aux employeurs de prendre deux précautions. La première, c’est d’informer les salariés amenés à conduire les véhicules de l'entreprise que toute infraction routière commise avec ces véhicules pourra conduire à la transmission de leur identité auprès des services judiciaires compétents. La seconde, c’est de mettre en place un mode de fonctionnement pour pouvoir identifier facilement le conducteur du véhicule de façon à éviter ensuite toute contestation de salarié. Il est possible par exemple de créer et d’installer des carnets de bord journaliers dans lesquels les salariés doivent s’inscrire pour toute utilisation d’un véhicule de l’entreprise. Des mentions sur le jour et les heures de prise du véhicule devant être prévues.

Une question en droit du travail ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
5 janv. 2017 ... Nouvelle année = nouvelle obligation !Le dispositif de signalement des salariés coupables de...
4 janv. 2018 ... Les points à retenir sur l'obligation de l'employeur de dénoncer les infractions routières...
28 déc. 2017 ... Croyant devoir satisfaire à la Vox Populi ainsi qu'aux pressions constantes des associations...
Une question en droit du travail ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Durant l'été j'ai été en arrêt maladie durant ma période de congé (2ème et 3ème semaine de congé et opéré dès...
Résolue par Maître LELEU
Je me suis fais opéré du genou ménisque après un at j'ai eu un contrôle du médecin de la cpam qui me dit ok pour la...
Résolue par Maître NABET
L'employeur peut-il remettre la lettre de convocation à sanctions à son employé en main propre ? ...
Résolue par Maître NABET

Avocats les plus actifs
en droit du travail

1
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
16 problèmes résolus
2
Maître Alexandra THEODOROPOULOS
Maître Alexandra THEODOROPOULOS
10 problèmes résolus
3
Maître SABRINA BOUBETRA
Maître SABRINA BOUBETRA
9 problèmes résolus
4
Maître Hélène TISNERAT
Maître Hélène TISNERAT
7 problèmes résolus
5
Maître Valentin LE DILY
Maître Valentin LE DILY
4 problèmes résolus