Trouvez votre avocat
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Religion et divorce : comment ça marche ?

Divorce / Divorce pour faute / Par Alexia.fr , Publié le 20/12/2017 à 15h11
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

La religion relève de la liberté de conscience de chacun. Mais dans une procédure de divorce, elle peut poser question lorsqu’elle perturbe la vie familiale. La problématique est tout aussi importante quand elle concerne les enfants : après un divorce, comment les parents doivent-ils gérer leur éducation religieuse ?

Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
    
Avez-vous des enfants en commun ?
    
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
    
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
    
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
    
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
    
Habitez-vous toujours ensemble ?
    
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
    
Votre conjoint a-t-il déjà mandaté un avocat pour votre divorce?
    
Vous recherchez en priorité un avocat :
Civilité :
Votre code postal : Téléphone :
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Continuer

Pratique religieuse : une faute si elle présente un caractère excessif

En principe, la religion d’un époux ne peut pas en soi constituer une faute. Au nom de la liberté de conscience, chaque conjoint est en droit d’être attaché à une religion ou d’adhérer à tout autre mouvement. Dans la jurisprudence par exemple, le fait qu’un époux soit devenu témoin de Jéhovah ne constitue pas une faute.

En revanche, la pratique religieuse peut être une faute si elle nuit à la vie familiale. Le juge va alors évaluer si la pratique est manifestement excessive et perturbante pour les autres membres de la famille. Endoctrinement du conjoint et des enfants, absences trop fréquentes, désintéressement, pratiques dangereuses … Si la pratique va à l’encontre de l’intérêt de la famille, la faute peut être reconnue.

Exemple

Dans un arrêt de la 1ère chambre civile de la Cour de cassation du 19 juin 2007, les juges ont considéré que la pratique religieuse d’un époux avait une incidence croissante et excessive sur la vie quotidienne de la famille, créant une atmosphère pesante de contrainte et de soumission permanente. Pratique qui ne pouvait que nuire aux intérêts de l’épouse.

Bon à savoir

Concernant l’éducation des enfants, une faute peut également être reconnue si un époux a agi à l’insu de son conjoint ou contre son avis. Son comportement peut alors être considéré comme déloyal.

Education religieuse : une décision conjointe des parents

Comment gérer l’éducation religieuse de l’enfant après un divorce ? Cette question dépend directement de l’autorité parentale. Après un divorce, et dans les cas les plus fréquents, les parents exercent conjointement l’autorité parentale. Une distinction est alors faite entre actes usuels (qui peuvent être accomplis par un seul des parents) et les actes importants (les parents doivent se mettre d’accord et décider ensemble).

L’éducation religieuse entre dans les actes importants. Tous les choix qu’elle implique doivent donc être faits avec l’accord des deux parents : éducation, pratique, circoncision, fêtes religieuses, ou encore inscription dans une école privée religieuse.

En cas de conflit, le Juge aux affaires familiales peut être saisi pour trancher le litige. Il va souvent prendre en compte les décisions antérieures des parents pour trouver une solution. Mais il ne peut prendre en compte que l’intérêt de l’enfant. Au-delà, il irait à l’encontre de la liberté de conscience des parents. Il ne peut agir que si l’enfant est menacé.

C’est par exemple le cas pour une limitation ou un retrait de droit de visite : il faut un motif grave. Il peut être lié à la religion, mais il faut alors prouver que la pratique est excessive et que l’enfant doit être protégé.

Bon à savoir

Si l’autorité est exercée par un seul des parents, l’autre garde tout de même un droit de regard en matière d’éducation et de surveillance de l’enfant. L’éducation religieuse en fait notamment partie.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
8 juin 2017 ... Ce sont les infractions destinées à tromper la religion du juge. Divorcez en 1 mois dès...
20 déc. 2017 ... 9- La pratique excessive du sport ou de la religion : un mode de vie excessif peut également...
Autorité parentale et arrêt des cours de religion. Sujet initié par Maud, il y a 2 ans - 3385 vues. Bonjour,...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
133 problèmes résolus
2
Maître Géraldine LABORIE
Maître Géraldine LABORIE
59 problèmes résolus
3
Maître Nurettin MESECI
Maître Nurettin MESECI
58 problèmes résolus
4
Maître Audrey Devader
Maître Audrey Devader
53 problèmes résolus
5
Maître Solange SALMON
Maître Solange SALMON
37 problèmes résolus