Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr
Fiche pratique rédigée par Maître Amélie BEAUX
Contacter

Responsabilité médicale : quel(s) recours choisir ?

Santé / Par Alexia.fr , Publié le 30/01/2019 à 15h46
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Vous ou l'un de vos proches avez été victime d'un dommage au sein d'un établissement de santé ou d'un cabinet médical, et face à la diversité des recours possibles, vous ne savez pas comment choisir la meilleure voie afin de faire valoir vos droits ?

D'emblée, vous devez vous poser une question afin d'opter pour le recours à effectuer en priorité, sachant que la plupart des recours sont cumulables par la suite : est-ce que je veux " punir " celui que j'estime à l'origine de mon préjudice ?

1/ Je veux " punir " le coupable : j'opte pour le contentieux ordinal ou pénal.

Si je veux que le professionnel de santé que j'estime responsable soit sanctionné, je saisis l'Ordre dont il dépend (l'Ordre des médecins pour un médecin). Si un avocat n'est pas indispensable, il représente un atout non négligeable. Néanmoins, cette procédure ne me permettra pas d'obtenir des indemnités et si je perds, je devrais payer les frais de procédure de la partie adverse.

Je peux également (ou à défaut d'une procédure ordinale) saisir le juge pénal si un fondement pénal me le permet, comme par exemple l'homicide involontaire ou la mise en danger de la vie d'autrui. Je dois alors me faire représenter par un avocat en droit de la santé ou le cas échéant, un avocat pénaliste. Cette procédure présente un intérêt double : elle peut permettre de " punir " le responsable mais aussi d'obtenir des dommages et intérêts.

2/ Je veux simplement qu'une responsabilité soit reconnue, que mon préjudice soit réparé et je pense remplir les conditions de saisine de la Commission de conciliation et d'indemnisation (CCI).

La procédure CCI est une procédure de règlement amiable (sans juge) accessible à toute personne (ou ayant droit) victime d'un accident médical, d'une affection iatrogène (effet secondaire d'un traitement) ou nosocomiale.

Cette procédure n'est ouverte que lorsque le dommage est caractérisé par une certaine gravité (ex: arrêt temporaire des activités professionnelles pendant au moins 6 mois).

Le requérant peut remplir un formulaire de saisine et l'envoyer en recommandé avec AR à la CCI, accompagné de documents justificatifs. Cependant, les chances de succès sont très nettement supérieures lorsque la démarche est effectuée par un avocat car il existe un risque de rejet de la demande par la CCI si cette dernière estime que le requérant ne remplit pas les conditions de gravité. L'analyse de votre dossier par un avocat garantit donc une présentation plus convaincante du bien-fondé de la requête.

Si la CCI estime que la requête est recevable, elle nomme un expert qui devra déterminer si le dommage a été causé par l'accident et évaluer les préjudices. L'assistance d'un avocat en droit de la santé est fortement recommandée à cette nouvelle étape pour défendre la victime, notamment face aux avocats des assureurs des professionnels de santé.

Lorsqu'un droit à indemnisation est reconnu par la CCI, celle-ci transmet son avis à l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) s'il s'agit d'un aléa thérapeutique, ou à l'assureur du professionnel de santé s'il s'agit d'une faute. L'offre de ces organismes, si elle est acceptée, fait l'objet d'une transaction entre les parties et vaut accord définitif (ne peut plus être contestée). C'est pourquoi cette offre doit être analysée par un avocat spécialisé, qui pourra notamment vérifier l'adéquation entre les montants proposés et les préjudices, ou s'assurer par exemple, que l'offre présente bien un caractère purement provisoire si l'état de la personne n'est pas encore consolidé (et donc avec un risque de dégradation).

Si la victime se voit refuser un droit à indemnisation par la CCI ou si elle refuse l'offre proposée par l'ONIAM ou l'assureur, elle peut alors saisir le juge judiciaire/administratif selon l'hypothèse dans laquelle elle se trouve (voir 3/).

3/ Je veux simplement qu'une responsabilité soit reconnue, que mon préjudice soit réparé mais je ne remplis pas les conditions de saisine de la CCI.

- Si la personne dépend d'un hopital public ou s'il s'agit de l'hopital public lui-même, je dois faire une demande de règlement amiable auprès de cet hopital. Si ce dernier ne me répond pas ou si la tentative de règlement amiable échoue, je dois saisir le tribunal administratif.

- Si la personne dépend d'un établissement privé (clinique/cabinet médical) ou s'il s'agit de l'établissement privé lui-même, il est préférable que je fasse une demande de règlement amiable auprès de l'un ou l'autre (selon qui est concerné). Si celui-ci ne me répond pas ou si la tentative de règlement amiable échoue, je dois saisir le tribunal judiciaire.

Dans les deux cas, je dois d'abord demander au juge une expertise judiciaire et la loi impose la représentation par un avocat.

En conclusion, le choix de la procédure pertinente se fait selon la situation de la victime qui devrait faire appel à

un avocat dès le début (y compris pour la procédure CCI), afin de maximiser ses chances de succès. Ceci vaut d'autant plus qu'il s'agit dans tous les cas de procédures longues (2 ans en moyenne avant l'obtention de l'indemnisation) et

qu'il est toujours regrettable de perdre du temps en n'optant pas pour la meilleure voie à traverser avec les meilleures " armes ".

Deux hypothèses sont possibles et dans tous les cas, vous avez 10 ans pour agir à partir de la consolidation du dommage (le moment à partir duquel l'état de la victime n'évoluera plus).

Par Maître Amélie BEAUX
Avocat au barreau de PARIS
Contacter
Une question en droit de la santé ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
Santé / Secret médical / Par Alexia.fr , Publié le 26/10/2015 à 16h53 ..... pensez être victime d'une erreur...
12 févr. 2016 ... Vous pensez être victime d'une erreur médicale et vous souhaitez engager la responsabilité...
Responsabilité d'un expert médical judiciaire. Sujet (Cloturé) initié par nina, il y a 3 ans - 3089 vues....
Une question en droit de la santé ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Maitre, votre nom sur nice-matin et votre démarche vis à vis du laboratoire merck m'invitent à vous contacter vu tous les...
Résolue par Maître DAHAN
Je suis invalidité je suis à 80 pour 100 je touche l allocations adultes handicapés. et ma question à se que si j...
Résolue par Maître TANGALAKIS
J'ai un soucis de voisinage, ma voisine du dessus à une enfant un peu spéciale (il parait qu'elle est malade,...
Résolue par Maître CISSE

Avocats les plus actifs
en droit de la santé

1
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
1 problème résolu
2
Maître Amadou CISSE
Maître Amadou CISSE
1 problème résolu