Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Pension alimentaire et divorce : les 10 principales idées reçues

Divorce / Pension alimentaire / Par Alexia.fr , Publié le 20/12/2017 à 14h55
partages
Partager
Twitter
Partager

Quelle que soit la procédure de divorce, amiable ou contentieuse, la pension alimentaire est souvent source de litiges entre les époux. Qui la verse ? À qui ? Comment ? Pendant combien de temps ? Autant de questions que les parents doivent se poser dès le début de la procédure. Voici les dix principaux préjugés à éviter pour que les choses se passent bien.

Divorcez en 1 mois dès 240€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Souhaitez-vous divorcer à l'amiable ?
     
Qui demande le divorce ?
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
     
Comparer les avocats
Divorcez en 1 mois dès 240€ par époux
Continuer

1) Elle ne concerne que les enfants

Faux. La pension alimentaire ne concerne en principe que les enfants mais peut aussi exister entre époux avant le prononcé du divorce. Dans ce cas, cette pension est le prolongement du devoir de secours dû entre les époux pendant le mariage. Elle doit être demandée au juge (ou à l’amiable) pendant l’instance de divorce au titre de l’article 255 du Code civil. Une disparité importante de revenus doit le justifier. Cette pension peut prendre la forme d’une somme d’argent, de l’occupation gratuite du domicile, ou de la prise en charge des mensualités du prêt immobilier concernant le logement familial, etc.

Pour les enfants, la pension alimentaire est le prolongement de l’obligation d’entretien des parents vis-à-vis de leurs enfants (article 373-2-2 du Code civil). C'est-à-dire les loger, les nourrir, les habiller, payer l’école, et les éventuelles activités sportives, etc.

Attention !


Avant le divorce, si un seul des époux est autorisé à rester seul dans un logement en location qu’il ait ou non signé le bail, l’autre restera solidaire du paiement du loyer (articles 220 et 1251 du Code civil).

2) Elle est obligatoire

Non mais elle est très fréquente en présence d’enfant. La pension alimentaire n’est pas obligatoire. Elle dépend des modalités de résidence de l’enfant.

En cas de résidence alternée (une semaine chez l’un, une semaine chez l’autre), la pension alimentaire n’est pas systématique car chaque parent est censé contribuer à l’entretien des enfants au quotidien. Toutefois, en cas de disparités importantes de revenus, l’un des parents peut être amené à verser une pension. Si Monsieur gagne 4000 euros par mois alors que Madame en gagne 1500 par exemple ou vice versa.

En cas de résidence partagée (l’enfant habite chez l’un et voit l’autre les week-ends et les mercredis), la pension alimentaire est en principe versée par le parent chez qui l’enfant n’habite pas.

La pension alimentaire est l’une des façons de satisfaire à l’obligation d’entretien. D’autres options sont possibles, comme la prise en charge directe des frais, la jouissance gratuite du logement familial, etc.

3) Le juge décide toujours de son montant et des modalités

A moitié faux. Tout dépend du type de divorce. A l’amiable, les époux sont relativement libres de s’organiser comme ils le souhaitent. Ils peuvent définir le montant et les modalités de versement de la pension alimentaire sous réserve de respecter l’intérêt de l’enfant.

La convention de divorce s’appliquera en cas de désaccord. Mieux vaut donc être précis. Par exemple, « monsieur versera à madame une pension alimentaire de 300 euros, le 5 de chaque mois ».

Pour les divorces contentieux, c’est en principe le juge aux affaires familiales qui fixe les modalités et montant de la prestation compensatoire et de la pension alimentaire. Bien sûr, les époux peuvent faire part de leurs intentions.

4) La pension alimentaire est une somme d'argent versée tous les mois

Faux. La pension alimentaire peut aussi prendre la forme :

- d’un droit de jouissance à titre gratuit du logement familial (article 373-2-2 du Code civil), si celui-ci appartient à l’époux qui est parti ou est en indivision.

- d’une rente versée tous les mois au parent créancier.

- d’une prise en charge directe des frais concernant l’enfant (études, santé, loisirs, etc).

- du versement d’une somme entre les mains d’un organisme.

- de l’affectation de biens productifs de revenus.

Toujours est-il que c’est une rente dans la grande majorité des cas, versée tous les mois au parent chez qui habite l’enfant. Un prélèvement direct peut être organisé et indiqué dans la décision ou la convention si les époux sont d’accord.

5) Elle peut être versée directement aux enfants

Oui et non. La pension alimentaire ne peut pas être directement donnée à l’enfant, tant qu’il est mineur et tant qu’il habite chez le parent qui en a la garde. Elle doit être versée au parent chez qui il vit.
Ce n’est qu’à la majorité de l’enfant que le débiteur pourra éventuellement la lui verser directement, en tout ou partie, s’il quitte le domicile de son parent par exemple pour suivre ses études. Ceci peut être convenu à l’amiable ou demandé au juge par les parents mais aussi par l’enfant. L’accord de l’enfant n’est pas requis (Civ.1e, 11 fév 2009, pourvoi n°08-11769) mais ce dernier peut s’y opposer et le juge suivre son avis (Civ.1e, 4 juin 2009, 08-17106).

Attention : nous sommes dans l’hypothèse où l’enfant n’est pas encore autonome bien qu’étant majeur.

Bon à savoir

- Un enfant mineur ne peut pas réclamer lui-même une pension alimentaire à l’un ou l’autre de ses parents. Seul un majeur peut le faire dans deux hypothèses :
pour poursuivre des études sérieuses sans échec et menant à une profession.
s’il est dans le besoin à cause d’une maladie, handicap, chômage, etc.
Dans les deux cas, il devra le prouver.

- Le parent à qui est demandée la pension peut y échapper en démontrant qu’il est dans l’impossibilité matérielle de la verser (Civ.2e, 18 mars 1992). Par exemple, un père chômeur a obtenu une réduction de la pension en démontrant qu’il recherchait activement un emploi, et qu’il n’avait pas d’autres ressources, alors que son fils touchait une partie du SMIC (Civ. 2e 20 nov.1996)

6) Le montant de la pension alimentaire dépend uniquement des revenus

Faux. Le montant de la pension alimentaire varie en fonction de plusieurs critères : les revenus des époux mais aussi le nombre d’enfants que le débiteur a à sa charge, y compris ceux qui ne sont pas du même mariage.

De plus, les allocations familiales touchées par celui qui perçoit une pension alimentaire sont également prises en compte (Civ. 1e, 17 nov. 2010, pourvoi n°09-12621).

Enfin, en cas de concubinage ou de remariage du parent créancier, il est tenu compte des ressources du nouveau concubin ou conjoint de celui qui touche la pension alimentaire.

Bon à savoir

Il existe une table de référence indicative pour fixer les pensions alimentaires disponible sur le site du Ministère de la Justice.

7) On peut renoncer à une pension alimentaire

Impossible. Le droit d’obtenir une pension alimentaire est d’ordre public. Il n’est donc pas possible d’y renoncer, ni lors d’une éventuelle révision de celle-ci, à l’avance. Par exemple dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel, l’époux qui a renoncé au versement d’une pension alimentaire au moment du divorce (en insérant une clause dans la convention) parce que l’autre n’était pas en mesure de la payer peut tout à fait l’exiger ultérieurement (Civ.2e,17 octobre 1985, BC n° 157).

8) La pension alimentaire est versée après le prononcé du divorce

Faux. Le ou les époux peuvent demander une pension alimentaire dès le début de l’instance de divorce. Les modalités dépendent du type de divorce.

A l’amiable, la pension alimentaire devient obligatoire à partir du jour où le divorce est prononcé, c'est-à-dire le jour de l’homologation de la convention de divorce. Avant, les époux sont censés se mettre d’accord sur les modalités de son versement.

Pour les divorces contentieux, la pension alimentaire est versée à compter du prononcé de l’ordonnance de non conciliation par le Juge aux affaires familiales à titre provisoire et à titre définitif par le jugement de divorce.

A noter

Il n’est pas obligatoire de passer par le juge pour modifier les modalités de versement de la pension alimentaire.

9) La pension alimentaire ne peut pas être modifiée

Faux. A tout moment, la pension alimentaire peut faire l’objet d’une demande de révision, à la hausse comme à la baisse, de suspension voire de suppression. En général, la demande provient du parent qui la verse dans deux hypothèses :

- les besoins de l’enfant ont changé, dans un sens comme dans l’autre.

- la situation des parents a changé : perte d’emploi, hospitalisation du débiteur, remariage du créancier, etc.

Le demandeur devra rapporter la preuve de la survenance d’un élément nouveau depuis la fixation initiale de la pension.

10) La pension alimentaire est permanente

Faux. La pension alimentaire n’est pas éternelle. Elle est censée s’arrêter lorsque l’enfant devient indépendant. Peu importe qu’il soit majeur ou mineur. Selon la jurisprudence, un enfant est autonome lorsqu’il gagne le SMIC.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
13 avr. 2018 ... Voilà des éclaircissements face à de nombreuses idées reçues. Besoin d'un avocat en droit du...
20 déc. 2017 ... La prestation compensatoire est destinée à compenser, autant qu'il est possible, la...
3 janv. 2018 ... La pension alimentaire est la contribution du parent débiteur aux frais liés à l' entretien...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais...
Résolue par Maître TEISSEDRE
Je me suis marié avec une femme marocaine que j'ai fais venir en novembre 2016 avec in visa vie privée et familiale...
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va...
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
190 problèmes résolus
2
Maître Laurie BOIREAU
Maître Laurie BOIREAU
110 problèmes résolus
3
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
35 problèmes résolus
4
Maître Agnès TEISSEDRE
Maître Agnès TEISSEDRE
29 problèmes résolus
5
Maître Alexandra THEODOROPOULOS
Maître Alexandra THEODOROPOULOS
7 problèmes résolus