Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Séparation et autorité parentale : 4 choses à savoir

Divorce / Enfants / Par Alexia.fr , Publié le 17/04/2018 à 14h18
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Même après une séparation, en présence d’enfants communs mineurs, et sauf exception, les ex-époux, partenaires ou concubins devront continuer de les éduquer de façon conjointe. Ils devront donc coopérer pour respecter les droits parentaux de chacun d’entre eux et s’accorder sur les choix majeurs afin de préserver l’intérêt de leurs enfants. Selon les situations, cela peut s’avérer délicat à mettre en place. Voici 4 choses à savoir pour vous permettre de gérer au mieux l’exercice de votre autorité parentale après votre séparation.

Divorcez en 1 mois dès 210€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
     
Avez-vous des enfants en commun ?
     
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
     
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
     
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
     
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
     
Habitez-vous toujours ensemble ?
     
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
     
Votre conjoint a-t-il déjà un avocat ?
     
Vous recherchez en priorité un avocat :
Vos coordonnées sont confidentielles, elles ne seront transmises qu'aux avocats que vous aurez sélectionnés.
Votre code postal : Téléphone :
 
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 210€ par époux
Continuer

Maintien de l'exercice conjoint

Même en cas de séparation, les parents continuent d’exercer l’autorité parentale conjointement sur leurs enfants communs. En effet, la séparation des parents est sans incidence sur l'exercice de l'autorité parentale. De plus, chacun des parents doit maintenir des relations personnelles avec l'enfant et respecter les liens de celui-ci avec l'autre parent.

Par exception, le juge pourra cependant décider de confier l’autorité parentale à un seul d’entre vous s’il l’estime être dans l’intérêt de l’enfant. Ce type de décision reste en pratique rare et doit être spécialement motivé.

Nécessité d'une organisation reconnue juridiquement

On l’imagine, l’exercice conjoint de l’autorité parentale par des parents séparés n’est bien souvent pas aisé. Il est ainsi nécessaire de s’organiser au mieux en prévoyant avec précision le mode et les modalités de garde et de droit de visite, la répartition des frais et les grandes lignes directrices relatives à l’éducation des enfants, notamment en ce qui concerne leur scolarité.

Si la séparation s’effectue dans le cadre d’un divorce judiciaire, ces dispositions seront contenues dans le jugement de divorce. Dans les autres cas, pour que votre accord ait valeur juridique, il faudra le soumettre à l’homologation du juge aux affaires familiales.

Conseil Pratique

Pour soumettre votre accord pour homologation par le juge aux affaires familiales, vous pouvez utiliser le formulaire Cerfa 11530*05 et l’adresser au tribunal de grande instance votre lieu de résidence.

Présomption d'accord pour les actes usuels

Dans la pratique, chacun de vous sera réputé avoir l’accord de l’autre pour effectuer des actes usuels, relevant de la vie quotidienne courante et ne présentant pas de critères de gravité. Ces actes comprennent notamment l’accord donné pour une participation à une activité sportive ou de loisirs, ou une participation à des sorties ou activités scolaires, le choix du mode de déplacement pour se rendre à l’école, l’autorisation et l’heure de retour pour une sortie autorisée, l’autorisation donnée pour une visite chez un camarade, la réalisation de soins médicaux courants, etc.

Nécessité de double consentement pour les actes non usuels

Les actes présentant une certaine gravité, une incidence sur le futur ou la sécurité de vos enfants devront quant à eux faire l’objet de votre consentement commun, qui ne pourra dans ce cas être présumé. Il s’agira par exemple du choix de l’orientation scolaire, du choix d’une religion, d’un changement d’établissement scolaire, d’un voyage à l’étranger ou de l’accord donné à des soins médicaux graves (hors urgence).

En cas de désaccord sur ces sujets, vous devrez saisir le juge aux affaires familiales qui statuera sur la question, en prenant en compte l’intérêt de l’enfant.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
20 déc. 2017 ... La loi n°2002-305 du 4 mars 2002 a remanié l'article 371-1 du Code civil en disposant que...
30 mars 2018 ... Que les époux vivent en commun ou séparément, ils conservent, sauf exception, l'autorité...
20 déc. 2017 ... La délégation d'autorité parentale va permettre aux parents de transférer temporairement...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais...
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va...
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me...
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
122 problèmes résolus
2
Maître Agnès TEISSEDRE
Maître Agnès TEISSEDRE
86 problèmes résolus
3
Maître Laurie BOIREAU
Maître Laurie BOIREAU
20 problèmes résolus
4
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
15 problèmes résolus
5
Maître Amadou CISSE
Maître Amadou CISSE
10 problèmes résolus