Trouvez votre avocat
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

3 choses à savoir sur le rachat de soulte

Divorce / Biens immobiliers / Par Alexia.fr , Publié le 26/06/2019 à 13h34
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Lorsque des époux possèdent un bien immobilier en commun ou en indivision, et que l’un d’entre eux souhaite en conserver la propriété après le divorce, il lui faut pour cela indemniser l’autre. Il doit alors lui verser une soulte, somme correspondant au montant des parts rachetées. Cette opération est souvent complexe et représente un enjeu financier majeur. Si elle varie selon chaque situation, elle présente néanmoins des points communs, dont les trois principaux sont exposés ci-dessous.

Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
    
Avez-vous des enfants en commun ?
    
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
    
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
    
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
    
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
    
Habitez-vous toujours ensemble ?
    
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
    
Votre conjoint a-t-il déjà mandaté un avocat pour votre divorce?
    
Vous recherchez en priorité un avocat :
Civilité :
Votre code postal : Téléphone :
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Continuer

Calcul du montant de la soulte

Le calcul du montant de la soulte doit obligatoirement être effectué par un notaire. Pour déterminer le montant de la soulte revenant à l’époux renonçant au bien, il est en général tenu compte de la valeur du bien ainsi que du capital restant dû en présence d’un emprunt immobilier en cours.

Le calcul du montant peut varier en fonction des situations, mais il se rapproche alors de la formule suivante : (Valeur du bien /2) – (Montant du capital restant dû /2).

Exemple

Dans le cas où des époux posséderait une maison évaluée à 200 000 euros, pour laquelle le remboursement de 60 000 euros reste dû à la banque, le montant de la soulte s’élèvera alors en général à hauteur d’environ : 70 000 euros.

Financement du rachat de la soulte

Le financement de la soulte peut tout d’abord se faire à l’aide des fonds propres et/ou de la part de communauté revenant à l’époux conservant le bien. Dans ce cas, l’époux concerné s’acquitte de cette somme auprès de son ex-conjoint et assume seul, le cas échéant, le remboursement du capital restant dû à la banque. Il convient alors pour le conjoint bénéficiaire de la soulte de veiller à se désolidariser du prêt, en l’absence de quoi, il resterait tenu à son paiement en cas de défaillance de son ex-époux. La banque est cependant libre d’accepter ou non cette désolidarisation.

Dans la plupart des cas, un nouveau prêt est nécessaire pour financer le paiement de la soulte. Il s’agira alors souvent d’un emprunt immobilier, fonctionnant comme un rachat de crédit du prêt précédent. Dans ce cas, la somme totale à payer, ou à emprunter, par l’époux concerné correspondra alors au montant de la soulte, plus celui du capital restant dû, plus celui des pénalités de paiement anticipé, plus celui des frais bancaires. Il conviendra également d’ajouter, comme dans les autres cas, le paiement des frais de notaire et des frais de partage incombant en général pour moitié à chaque époux.

Soulte et prestation compensatoire

Si cette solution peut parfois être critiquée quant à son fondement juridique, il est courant, surtout lors de divorces amiables, que les époux s’accordent sur la compensation du paiement de la prestation compensatoire par celui de la soulte. Autrement dit, quand une prestation compensatoire est accordée à l’époux souhaitant conserver le bien, elle peut être payée par le non-paiement ou la réduction de la soulte auquel l’époux débiteur aurait eu droit.

Pour illustrer cette opération, on peut prendre l’exemple où des époux possèderait une maison en commun sans prêt en cours, et estimée à 200 000 euros, alors Monsieur doit à Madame une prestation compensatoire fixée à 100 000 euros et que Madame souhaite conserver la maison. Il pourra être décidé que le paiement de la prestation compensatoire se fera par cession de la part de Monsieur sur la maison, correspondant au montant de la soulte qui lui aurait été due. Comme cela, aucun des deux n’aura à débourser la somme de 100 000. Cette solution peut de plus présenter des avantages fiscaux, le paiement d’une prestation compensatoire sous une durée de moins d’un an après le prononcé du divorce ne donnant pas lieu à imposition pour son bénéficiaire.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
23 janv. 2018 ... Ainsi, si un époux souhaite reprendre la pleine propriété de ce bien immobilier, il doit...
23 janv. 2018 ... En faisant donc les comptes entre les époux, l'un d'entre eux doit en général une soulte...
Avec mon mari , nous souhaitons divorcer en consentement mutuel. je souhaite garder la maison ce qui implique...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
88 problèmes résolus
2
Maître Nurettin MESECI
Maître Nurettin MESECI
68 problèmes résolus
3
Maître Géraldine LABORIE
Maître Géraldine LABORIE
66 problèmes résolus
4
Maître Audrey Devader
Maître Audrey Devader
44 problèmes résolus
5
Maître Agnès TEISSEDRE
Maître Agnès TEISSEDRE
40 problèmes résolus