Trouvez votre avocat
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Divorce, vrai/faux sur le sort des emprunts immobiliers

Divorce / Par Alexia.fr , Publié le 12/02/2019 à 14h33
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Si une fois leur divorce prononcé, les époux souhaitent en général prendre un nouveau départ et se consacrer à leurs nouvelles vies respectives, certains éléments peuvent cependant retarder leur réel accès à l’indépendance financière. C’est par exemple le cas de certains emprunts immobiliers pour lesquels les ex-conjoints restent tenus solidairement au paiement. Si vous avez contracté un prêt immobilier avec votre ex-époux, voici alors 4 vrai-faux pour tout savoir sur son sort à l’issue du divorce.

Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
    
Avez-vous des enfants en commun ?
    
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
    
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
    
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
    
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
    
Habitez-vous toujours ensemble ?
    
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
    
Votre conjoint a-t-il déjà mandaté un avocat pour votre divorce?
    
Vous recherchez en priorité un avocat :
Civilité :
Votre code postal : Téléphone :
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Continuer

Le divorce met fin à la solidarité des époux sur leurs emprunts immobiliers

Faux. Le divorce n’a aucun impact sur la solidarité des époux en ce qui concerne le remboursement de leurs emprunts immobiliers. En effet, si les époux étaient tenus solidairement à leur paiement, ils le resteront même après le prononcé définitif de leur divorce.

Sauf cas particulier, les époux seront notamment solidairement responsables du remboursement intégral des emprunts :

  • Qu’ils ont souscrits en commun ;
  • Qui ont servi à financer l’achat du logement familial, même s’ils ont été contractés par un seul d’entre eux ;
  • Qui ont été souscrits par un des époux pour acquérir un bien immobilier propre autre que le logement de famille, mais pour lesquels l’autre conjoint s’est porté caution solidaire.

Le conjoint qui conserve seul le bien immobilier devient responsable de l'emprunt

Faux. Au cours du divorce, il est en effet possible pour les époux d’établir une répartition du paiement de leurs dettes. Ainsi, si le logement est attribué à l’un des conjoints, il pourra être décidé que le paiement des charges y afférentes lui incomberont également. Dans ce cas, l’époux bénéficiant du logement s’engagera donc à régler l’emprunt en cours.

Cependant, cet engagement n’est valable qu’entre les époux et reste inopposable à leurs créanciers. Si l’époux s’étant engagé à payer l’emprunt ne le fait pas, la banque pourra donc toujours en exiger le remboursement intégral à son ex-conjoint. Ce dernier pourra néanmoins par la suite demander à être indemnisé.

Il est possible de rembourser l'emprunt avant son terme

Vrai. S’ils ne veulent ou ne peuvent pas conserver leur bien immobilier, les époux peuvent décider de le mettre en vente. Si le produit de la vente est suffisant, ils pourront alors l’utiliser pour rembourser l’emprunt souscrit et les échéances à venir. Ils devront néanmoins pour cela obtenir l’accord de leur banque et s’acquitter de frais supplémentaires prévus en cas de remboursement anticipé.

Il est possible pour un des époux de se désengager de l'emprunt

Vrai. Afin de mettre fin à la solidarité, l’un des époux peut demander à la banque d’être désolidarisé du prêt. Cela pourra notamment être le cas de l’époux qui n’a pas bénéficié de l’attribution du logement. Néanmoins, pour que cette demande soit acceptée, il faudra que l’autre époux dispose de capacités financières suffisantes.

En fonction des modalités du prêt, dans le cas de l’époux s’étant porté caution, ce dernier pourra parfois effectuer une demande pour mettre fin à son cautionnement. Pour qu’elle soit acceptée, cette demande devra en général être accompagnée d’une autre garantie proposée par l’époux emprunteur (hypothèque, caution de remplacement, etc.).

Bon à savoir

Les emprunts pour lesquels les époux n’étaient pas engagés solidairement, restent par contre à la charge de leur seul signataire.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
20 déc. 2017 ... Les solutions concernant le paiement d'un crédit immobilier en cours ... qu'à un époux, en...
4 janv. 2018 ... Ainsi, cet article est applicable aussi bien aux crédits immobiliers qu'aux crédits à la...
7 févr. 2019 ... Si vous vendez un bien immobilier en cours de remboursement et que vous avez un emprunt pour...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
73 problèmes résolus
2
Maître Nurettin MESECI
Maître Nurettin MESECI
61 problèmes résolus
3
Maître Géraldine LABORIE
Maître Géraldine LABORIE
60 problèmes résolus
4
Maître Audrey Devader
Maître Audrey Devader
43 problèmes résolus
5
Maître Agnès TEISSEDRE
Maître Agnès TEISSEDRE
40 problèmes résolus