Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Séparation : pourquoi est-il préférable de divorcer rapidement ?

Divorce / Séparation / Par Alexia.fr , Publié le 18/01/2018 à 10h57
partages
Partager
Twitter
Partager

Un couple peut décider de se séparer et seulement divorcer de nombreuses années après la séparation. Cette décision tardive peut être lourde de conséquences pour les époux.

Les deux conjoints doivent ainsi avoir à l'esprit diverses raisons pour lesquelles la procédure de divorce doit être engagée sans trop attendre.

Il ne convient pas de distinguer la séparation de corps (Jugement prononcé) et la séparation de fait (aucun Jugement prononcé). La séparation de corps autorise seulement la résidence séparée des époux mais ne met pas fin aux autres droits et obligations découlant du mariage.

Divorcez en 1 mois dès 240€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
     
Avez-vous des enfants en commun ?
     
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
     
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
     
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
     
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
     
Habitez-vous toujours ensemble ?
     
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
     
Votre conjoint a-t-il déjà un avocat ?
     
Vous recherchez en priorité un avocat :
Vos coordonnées sont confidentielles, elles ne seront transmises qu'aux avocats que vous aurez sélectionnés.
Votre code postal : Téléphone :
 
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 240€ par époux
Continuer

Pour éviter l'adultère

A la séparation des époux, ceux-ci ne doivent pas croire qu'ils ne sont plus redevables de devoirs et d'obligations l'un envers l'autre.

L'obligation de fidelité est un devoir des époux qui perdure jusqu'au prononcé définitif du divorce (article 212 du Code civil).

Ainsi, si l'un des époux a une relation adultère avec une tierce personne, il commet une faute et l'autre époux peut l'invoquer uniquement dans le cadre d'un divorce pour faute.

Le Juge apprécie souverainement la gravité de l'infidelité, c'est-à-dire que sa décision ne pourra pas être contestée par les époux.

A retenir

L'adultère est une faute qu'il ait été commis une seule fois ou de manière répétée.

A l'aune des nouvelles technologies, l'adultère n'est plus le seul fait d'avoir des relations physiques avec une tierce personne. Il peut également être commis à distance et donc moralement.

Exemples d'adultères :

- relations charnelles ou virtuelles,

- relations epistolaires,

- comportement de nature humiliante à l'égard de l'autre époux.

Agir en justice

L'époux demandeur du divorce pour faute doit impérativement apporter la preuve de la faute.

Sa preuve n'est pas toujours aisée et les Juges sont souvent réticents pour l'accepter en l'absence de preuves flagrantes.

La preuve peut en principe être établie par tous moyens (article 259 du Code civil).

Exemples de preuves acceptées :

  • un mail, une lettre ou un sms,
  • un constat d'huissier autorisé par le Juge en cas d'atteinte au droit de propriété
  • les réseaux sociaux (Facebook, Twitter etc).

Toutefois, la preuve de l'infidelité ne peut être apportée par dissimulation ou espionnnage de l'autre époux.

Ainsi, l'époux doit respecter la vie privée de son conjoint dans une certaine mesure.

L'enregistrement téléphonique est par exemple considéré par les Juges comme un moyen déloyal ne pouvant constituer une preuve.

Pour éviter l'abandon de domicile

Lorsque l'un des époux quitte le domicile conjugal sans y avoir été autorisé par le juge, il commet une faute.

Les époux ont en effet une obligation de communauté de vie (article 215 du Code civil) et ce, même pendant le divorce.

Que signifie l'absence de communauté de vie ?

  • un époux ne cohabite pas avec son conjoint,
  • un époux quitte le domicile conjugal sans autorisation du Juge ou sans raisons justifiées,
  • un époux refuse de se réinstaller au domicile conjugal.
A retenir

Dans le cadre d'un divorce contentieux, l'abandon de domicile peut constituer une faute de l'époux si ce comportement constitue:

  • une violation grave ou renouvelée des droits et devoir du mariage,
  • rendant intolérable le maintien de la vie commune (article 242 du Code civil).

Pour éviter la faute, il faut obligatoirement que le Juge l'autorise au titre des mesures provisoires ou lors du prononcé de l'ordonnance de non conciliation.

Le Juge peut ainsi autoriser la résidence séparée en cas d'urgence et notamment lorsque des violences conjugales ont été commises sur l'un des époux.

Astuce !

Lorsque l'un des époux souhaite quitter le domicile conjugal, il est souvent plus prudent d'effectuer une main courante au commissariat de police de leur domicile.

La main courante ne permet pas d'excuser la faute mais peut éventuellement dater la séparation et expliquer les raisons du départ de l'époux du domicile conjugal.

Les époux peuvent également rédiger un acte sous-seing privé, c'est-à-dire une attestation sur laquelle ils indiquent être d'accord pour se séparer.

Cette attestation doit être datée et signée par les deux époux.

Toutefois, ce document n'écarte pas la faute d'abandon de domicile mais le Juge en tiendra nécessairement compte pour apprécier la gravité de la faute.

Pour mettre fin aux devoirs d'assistance, de secours et obligations du ménage

Le divorce dissout le mariage et donc met fin aux obligations des époux dans le cadre du mariage.

En revanche, la simple séparation des époux ne met pas un terme aux obligations matrimoniales des époux.

Ainsi, outre les devoirs de fidélité et de communauté de vie, le divorce met fin au devoir d'assistance, de secours et de contribution aux charges du ménage.

Par exemple :

  • Dans le régime de la communauté de biens réduite aux acquêts, l'époux qui a contracté un crédit pour les besoins du ménage engage en principe l'autre époux et ce, même si ce dernier n'est pas caution solidaire. Au contraire du divorce, la simple séparation des époux ne fait pas tomber cette règle.
  • En cas de séparation l'époux qui a les ressources nécessaires est tenu au titre du devoir de secours d'aider son conjoint. Il s'agit autant d'une aide morale que d'une aide financière. En revanche, après le divorce, le devoir de secours n'existent plus, c'est à dire que si l'un des époux est dans le besoin l'autre ne doit plus l'aider.
Piège à éviter !

La séparation des époux ne signifie pas qu'ils peuvent acheter l'un sans l'autre un bien immobilier lorsqu'ils sont mariés sous un régime de communauté.

En effet, tout achat d'un bien immobilier avant ou pendant le divorce implique en principe que ce bien tombe en principe en communauté.

Le risque est dès lors très élevé que le bien soit liquidé avec les autres biens communs.

Pour présever ses intérêts et pouvoir investir en toute sécurité, le divorce est donc la seule solution.

Pour fixer les mesures de votre séparation dans la convention de divorce

Contrairement à la simple séparation des époux, le divorce a pour objet de fixer par écrit les conséquences du divorce.

Ainsi, toutes les mesures concernant les époux et les enfants sont prévues par la convention de divorce.

Les époux ou à défaut le Juge en cas de mésentente des époux déterminent le partage des biens, les conséquences financières et notamment la prestation compensatoire. Les mesures concernant les enfants sont également fixées (autorité parentale, résidence des enfants et pension alimentaire).

En revanche, la seule séparation des époux sans intervention du Juge, ou sans dépôt de la convention chez un notaire dans le cas d'un divorce amiable, ne permet pas de fixer ces mesures.

L'un des époux peut alors se trouver, en cas de mésentente, dans l'une ou l'autre des situations suivantes :

  • Un époux contribue seul aux frais d'entretien et d'éducation des enfants alors qu'en cas de divorce, l'autre époux peut être tenu de verser une pension alimentaire. Dans tous les cas si l'un des époux ne participe pas à ces frais, le Juge aux Affaires Familiales doit être saisi pour se prononcer sur ces mesures. Néanmoins, pendant le divorce, le Juge pourra imposer des mesures provisoires en cas d'urgence et donc préserver les intérêts des époux.
  • Un époux ne parvient plus à subvenir seul à ses besoins en raison de la séparation, alors qu'en cas de divorce, une prestation compensatoire devra être versée par l'autre époux.

Pour éviter que le conjoint hérite en cas de décès

Il est faux de penser que lorsque les époux se séparent, aucun d'eux n'aura de droit sur la succession de l'autre époux.

Vous êtes considérés comme mariés tant que vous n'êtes pas définitivement divorcés et ce, indépendamment de votre séparation.

Ainsi, le divorce n'est définitif que lorsque le jugement ne peut plus être contesté, dans le cas d'un divorce judiciaire, et que les opérations de transcription du jugement ou de la convention de divorce sur les actes de naissance des époux ont été effectuées.

Le conjoint survivant pourra alors recueillir une partie de la succession en cas de décès avant le divorce.

Conseil Pratique

Suite à votre séparation ou pendant la procédure de divorce, la rédaction d'un testament peut limiter les droits de l'époux survivant sur la succession du défunt.

Toutefois, vous ne pourrez déshériter intégralement votre conjoint qu'en présence d'enfants communs ou d'enfants issus d'une autre union.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
23 janv. 2018 ... Souvent mal connue, la séparation de corps peut être préférée à une procédure de divorce...
le fait que le couple cesse de cohabiter, équivaut il à une séparation ou bien si la situation situation...
Concernant les meubles , si vous êtes mariés en séparation de biens, chacun reste propriétaire des meubles...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais...
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va...
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me...
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
106 problèmes résolus
2
Maître Agnès TEISSEDRE
Maître Agnès TEISSEDRE
59 problèmes résolus
3
Maître Laurie BOIREAU
Maître Laurie BOIREAU
52 problèmes résolus
4
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
26 problèmes résolus
5
Maître Samy Hamiani
Maître Samy Hamiani
18 problèmes résolus