Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Quelles sont les obligations de l'employeur après un licenciement pour motif économique ?

Travail / Licenciement économique / Par Alexia.fr , Publié le 30/01/2018 à 15h43
partages
Partager
Twitter
Partager

Documents délivrés au salarié

Une fois le licenciement notifié, l’employeur doit délivrer au salarié un certificat de travail ainsi qu’une attestation destinée à POLE EMPLOI qui permet d’attester de la durée pendant laquelle le salarié a travaillé dans l’entreprise et le niveau de ses rémunérations.

Le motif de la rupture, à savoir un licenciement pour motif économique, figure sur cette attestation.

L'employeur doit également remettre au salarié un reçu pour solde de tout compte, ainsi qu'un état récapitulatif de l'ensemble des sommes et valeurs mobilières épargnées ou transférées au sein de l'entreprise dans le cadre des dispositifs de participation, d'intéressement et des plans d'épargne salariale.

Priorité de réembauche

Le salarié licencié pour motif économique bénéficie d’une priorité de réembauche pendant une période d’un an à compter de la date de rupture de son contrat.

Pour en bénéficier, le salarié doit en faire la demande dans ce même délai d’un an. L’employeur devra alors informer l’intéressé de tout emploi devenu disponible dans l’entreprise et compatible avec sa qualification.

Le salarié ayant acquis une nouvelle qualification bénéficie également de la priorité de réembauche au titre de celle-ci, s'il en informe l'employeur.

Selon la Cour de cassation, lorsque l'employeur n'informe pas le salarié de cette priorité, il subit nécessairement un préjudice. Il a donc droit à des dommages et intérêts auxquels s'ajoutent, s'il prouve que cette omission l'a empêché d'en bénéficier, l'indemnité spéciale prévue à l'article L1235-13 du Code du travail.

Cette indemnité est égale à un mois de salaire. Elle est due dès lors que l'employeur a empêché le salarié d'user de la priorité de réembauche, que l'entreprise compte au moins onze salariés et que le salarié a au moins deux ans d'ancienneté. Dans les autres cas, il appartient au juge d’apprécier l’existence et l’étendue du préjudice subi par le salarié afin de fixer le montant de l’indemnité à lui accorder (dans la limite d'un mois de salaire pour le préjudice résultant du non-respect de l'obligation de réembauche).

Une question en droit du travail ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
Bonjour, Je viens de recevoir de mon employeur, une lettre recommandée - AR notifiant mon licenciement pour...
Bonjour, J'ai été licencier le 26 février, et depuis j'attend mes attestations Pole emploi et travail ainsi...
Paiement de salaire après licenciement. Sujet initié par Steco, il y a 2 ans. L' auteur indique attendre...
Une question en droit du travail ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Durant l'été j'ai été en arrêt maladie durant ma période de congé (2ème et 3ème semaine de congé et opéré dès...
Résolue par Maître LELEU
Je me suis fais opéré du genou ménisque après un at j'ai eu un contrôle du médecin de la cpam qui me dit ok pour la...
Résolue par Maître NABET
L'employeur peut-il remettre la lettre de convocation à sanctions à son employé en main propre ? ...
Résolue par Maître NABET

Avocats les plus actifs
en droit du travail

1
Maître Robin Nabet
Maître Robin Nabet
20 problèmes résolus
2
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
18 problèmes résolus
3
Maître Alexandra THEODOROPOULOS
Maître Alexandra THEODOROPOULOS
13 problèmes résolus
4
Maître Isabelle MAYADOUX
Maître Isabelle MAYADOUX
6 problèmes résolus
5
Maître Hélène TISNERAT
Maître Hélène TISNERAT
5 problèmes résolus