Trouvez votre avocat
Comment fonctionne le site Alexia.fr ?
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr

Que faire en cas de violences conjugales ?

Divorce / Par Alexia.fr , Publié le 12/03/2018 à 14h56
partages
Partager
Twitter
Partager

Qu'elles soient sexuelles, physiques ou psychologiques, les violences au sein du couple sont malheureusement encore courantes. S'il peut être difficile de se libérer de l'emprise de son partenaire, de nombreux dispositifs existent pour protéger les victimes et leurs enfants. Que vous soyez marié, pacsé, en concubinage ou récemment séparé, vous pouvez ainsi prétendre à une protection particulière, y compris judiciairement.

Divorcez en 1 mois dès 240€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Souhaitez-vous divorcer à l'amiable ?
     
Qui demande le divorce ?
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
     
Comparer les avocats
Divorcez en 1 mois dès 240€ par époux
Continuer

Assurer sa sécurité

En cas de violences conjugales, le plus important est de vous mettre à l'abri, le cas échéant avec vos enfants. Pour cela, il vous faudra bien souvent quitter le domicile conjugal. Afin que ce départ ne vous soit pas reproché, et pour permettre la mise en place d'une protection plus pérenne, il sera nécessaire de déposer une plainte, ou à défaut de déclarer les violences subies, dans un commissariat de police ou une gendarmerie. Il sera également utile de faire établir un certificat médical de constatation et de réunir si possible les témoignages de vos proches ou voisins, attestant du comportement de votre conjoint. Ces témoignages devront être datés, signés et accompagnés d'une photocopie d'une pièce d'identité de leur auteur.

Qui contacter ?

En cas d'urgence, composez les numéros suivants :

  • 17 Police et gendarmerie
  • 18 Pompiers
  • 15 Samu
  • 115 Samu social
  • 112 Services d'urgence dans l'Union européenne
  • 114 (par sms) Services d'urgence pour les personnes ayant des difficultés à entendre ou à parler

En tant que victime de violences conjugales vous pouvez également contacter les organismes suivants :

  • le 08 victimes (01 41 83 42 08)
  • une association du réseau France Victimes
  • le 3919, service spécialisé dans les violences faites aux femmes
  • le Centre national d'information sur les droits des femmes et des familles

Saisir le juge aux affaires familiales

Même avant tout procédure pénale, vous pouvez saisir le juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance de votre domicile. Le juge peut être saisi soit par référé, soit par requête, notamment à l'aide du formulaire Cerfa n° 15458*02.

Après examen de la situation, le juge pourra décider de toute mesure d'urgence et délivrer une ordonnance de protection permettant notamment :

  • l'éviction du conjoint violent du domicile conjugal ;
  • l'autorisation de résider séparément, le cas échéant avec les enfants mineurs, soit au domicile conjugal soit à une autre adresse ;
  • l'autorisation pour le conjoint victime d'élire domicile auprès de son avocat ou du procureur de la République ;
  • l'interdiction faite au conjoint violent de rentrer en relation avec la victime, ou de s'approcher de son domicile ;
  • le retrait temporaire de l'exercice de l'autorité parentale pour le conjoint violent ;
  • l'admission provisoire de la victime à l'aide juridictionnelle.

Les mesures contenues dans l'ordonnance de protection sont prises pour une durée de 4 mois et peuvent être prolongées en cas de demande en divorce ou séparation de corps.

Bon à savoir

L'ordonnance de protection permet la délivrance et le renouvellement d'une carte de séjour temporaire "vie privée et familiale" au bénéfice du conjoint étranger victime de violences.

Engager des poursuites pénales

Sur dépôt de plainte ou à la suite d'un signalement, le Procureur de la République peut décider de poursuivre le conjoint auteur de violences. En fonction de la gravité des violences, les peines encourues iront alors de 3 à 20 ans de prison, et de 45 000 à 150 000 euros d'amende. En cas de violences légères et isolées, le Procureur pourra décider de recourir à des mesures alternatives aux poursuites, telles qu'un rappel à la loi ou un stage de responsabilisation.

Avant tout jugement, le Procureur pourra également prendre des mesures de sûreté permettant l'éloignement du domicile avec interdiction d'y revenir, voire un placement sous contrôle judiciaire ou en détention provisoire.

Dans tous les cas, vous devrez être informé de l'avancée de la procédure. Vous pourrez également vous constituer partie civile pour obtenir une indemnisation de vos préjudices.

Bon à savoir

Dans les cas particulièrement graves, le Procureur peut également décider de vous attribuer un TGD (téléphone grave danger). Ce téléphone permet une mise en contact immédiate avec les forces de l'ordre, accompagnée d'une géolocalisation en temps réel.

Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais...
Résolue par Maître TEISSEDRE
Je me suis marié avec une femme marocaine que j'ai fais venir en novembre 2016 avec in visa vie privée et familiale...
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va...
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
83 problèmes résolus
2
Maître Naciri-Bennani Zineb
Maître Naciri-Bennani Zineb
22 problèmes résolus
3
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
17 problèmes résolus
4
Maître MARIE-CHRISTINE TAYORO
Maître MARIE-CHRISTINE TAYORO
16 problèmes résolus
5
Maître Dominique Ferrante
Maître Dominique Ferrante
14 problèmes résolus