Trouvez votre avocat
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr
Fiche pratique rédigée par Maître ADELINE POURCIN
Contacter

Les conséquences fiscales d'un divorce

Divorce / Fiscalité / Par Alexia.fr , Publié le 11/02/2016 à 16h02
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le divorce des époux peut entraîner des conséquences sur leur situation fiscale.

En effet, il convient de s'interroger sur les conséquences liées au paiement de l'impôt sur le revenu, de l'impôt sur la fortune et de la taxe d'habitation.

Cet article vous permettra de connaître les conséquences fiscales que vous allez rencontrer à la suite de votre séparation.

Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
    
Avez-vous des enfants en commun ?
    
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
    
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
    
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
    
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
    
Habitez-vous toujours ensemble ?
    
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
    
Votre conjoint a-t-il déjà mandaté un avocat pour votre divorce?
    
Vous recherchez en priorité un avocat :
Civilité :
Votre code postal : Téléphone :
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Continuer

Règles d'imposition des époux en matière d'impôt sur le revenu

Selon l'article 6 du Code Général des Impôts, les époux font l'objet d'une imposition distincte lorsque :

- ils sont séparés de biens et ne vivent pas sous le même toit;

- ils sont en instance de séparation de corps ou de divorce et ont été autorisés à avoir des résidences séparées;

- en cas d'abandon du domicile conjugal par l'un ou l'autre des époux et que chacun dispose de revenus distincts.

Dans les autres cas, les époux font l'objet d'une imposition commune.

Règle d'imposition des époux en matière d'impôt de solidarité sur la fortune

En principe, les couples mariés, quel que soit leur régime matrimonial, font l'objet d'une imposition commune en matière d'impôt de solidarité sur la fortune, tel que cela est prévu à l'article 885 A) du Code Général des Impôts.


L'assiette de cet impôt est constituée par la valeur nette, au premier janvier de l'année d'imposition, de l'ensemble des biens, droits et valeurs imposables appartenant aux époux et aux enfants dont ils sont administrateurs légaux.


Lorsqu'un jugement de divorce ou de séparation de corps est rendu, les ex-époux font l'objet d'impositions distinctes en matière d'impôt de solidarité sur la fortune à compter du premier janvier de l'année civile suivant celle au cours de laquelle cette décision est devenue définitive.

Comme en matière d'impôt sur le revenu, les époux peuvent faire l'objet d'impositions séparées en matière d'impôt de solidarité sur la fortune avant même le prononcé du divorce, dans deux cas :


- lorsqu'ils sont séparés de biens et ne vivent pas sous le même toit

- lorsqu'ils sont en instance de séparation de corps ou de divorce ou qu'ils ont été autorisés à résider séparément, c'est-à-dire après l'ordonnance de non-conciliation.

Règle d'imposition des époux en matière de taxe d'habitation

La cour de cassation a rappelé à plusieurs reprises qu'en cas de séparation de fait, chaque époux doit être assujetti à la taxe d'habitation pour les locaux dont il a la jouissance effective au premier janvier de l'année.

L'article 1408 du Code Général des Impôts prévoit que la taxe d'habitation est établie au nom des personnes qui ont, à quelque titre que ce soit, la disposition ou la jouissance de locaux imposables au premier janvier de l'année d'imposition.

Une seule taxe d'habitation est établie lorsque les époux vivent sous le même toit au premier janvier de l'année d'imposition.


Dès lors que les époux ne vivent plus sous le même toit, chacun d'eux est redevable de la taxe d'habitation pour les locaux meublés qu'il occupe à titre d'habitation au premier janvier de l'année d'imposition.


Ainsi, il a été jugé qu'une femme mariée qui vit dans un logement distinct de celui de son époux doit être personnellement assujettie à la taxe d'habitation à raison de ce logement même s'il s'agit d'une simple séparation de fait.

Par Maître ADELINE POURCIN
Avocat au barreau de MARSEILLE
Contacter
Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
23 janv. 2018 ... Le divorce produit une rupture irrémédiable entre les époux, mais engendre aussi des...
18 janv. 2018 ... C'est également le cas en matière de fiscalité. La question se pose dès l' ouverture de la...
3 mai 2019 ... Lorsqu'un couple se sépare, qu'il soit marié ou non, la question de la fixation de la...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Solange SALMON
Maître Solange SALMON
129 problèmes résolus
2
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
129 problèmes résolus
3
Maître Audrey Devader
Maître Audrey Devader
48 problèmes résolus
4
Maître Géraldine LABORIE
Maître Géraldine LABORIE
39 problèmes résolus
5
Maître Nurettin MESECI
Maître Nurettin MESECI
39 problèmes résolus