Trouvez votre avocat
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr
Fiche pratique rédigée par Maître Abdellatif KARZAZI
Contacter

Conséquences du divorce pour les enfants

Divorce / Enfants / Par Alexia.fr , Publié le 01/04/2019 à 11h23
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le divorce caractérise la rupture du lien matrimonial, et est perçu tantôt comme une sanction en cas de faute, tantôt comme un remède, en cas de dégradation des rapports au sein du couple.

Vis-à-vis des enfants, la question prend une dimension de grande envergure. Il faudra veiller à la sauvegarde des intérêts des enfants et surtout à l'effectivité du maintien de leurs rapports avec chacun des parents. A l'instar de la protection existant pendant le mariage, les enfants font l'objet d'une protection particulière lors du divorce.

Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
     
Avez-vous des enfants en commun ?
     
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
     
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
     
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
     
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
     
Habitez-vous toujours ensemble ?
     
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
     
Votre conjoint a-t-il déjà un avocat ?
     
Vous recherchez en priorité un avocat :
Civilité :
Votre code postal : Téléphone :
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Continuer

Exercice de l'autorité parentale

L'autorité parentale recouvre l'ensemble de droits et de devoirs visant la protection de l'intérêt de l'enfant (résidence, sortie du territoire, surveillance, éducation, santé de l'enfant).

Après le divorce, et sauf exception, les deux parents exercent conjointement l'autorité parentale. Le rôle du juge aux affaires familiales est crucial. Celui-ci peut confier l'exercice de l'autorité parentale à un seul parent.

A noter que dans des circonstances exceptionnelles, il est possible de solliciter le retrait de l'autorité parentale notamment en cas de mise en danger de l'enfant ou du fait de fautes graves commises envers l'enfant.  

Dans l'intérêt de l'enfant, le juge peut aller jusqu'à confier l'enfant à un tiers. Dans ce cas, les parents conservent l'autorité parentale, mais le tiers à qui l'enfant a été confié accomplira les actes courants relatifs à son entretient et son éducation.    

Fixation du domicile de l'enfant

La loi a fixé un cadre juridique concernant la résidence de l'enfant : en cas de divorce par consentement mutuel, la résidence de l'enfant peut être fixée par l'acte contresigné par avocat déposé au rang des minutes du notaire. Dans les autres cas de divorce (contentieux), la résidence de l'enfant est fixée par le juge, lequel tranche toute difficulté relative au domicile de l'enfant en considération de l'intérêt de celui-ci.

Etant précisé qu'il toujours préférable de s'entendre avec l'autre parent sur les modalités de garde de l'enfant. Sauf meilleur accord, la garde peut être fixée soit au domicile de l'un de ses parents, soit en alternance au domicile de chacun des parents, ou encore, à titre exceptionnel, chez une tierce personne. Etant précisé qu'en cas d'attribution de la garde à une tierce personne, les parents conservent l'autorité parentale.

Contribution à l'entretien et à l'éducation de l'enfant

La loi dispose que chacun des parents doit contribuer à l'entretien et à l'éducation de l'enfant à proportion de ses ressources, de celles de l'autre parent, ainsi que des besoins de l'enfant.

Lors d'un divorce, cette contribution consiste en une pension alimentaire versée par l'un des parents à l'autre.

Les modalités de règlement de cette pension alimentaire sont fixées par convention entre les parents, ou à défaut, par le juge. Elle peut prendre, en tout ou en partie, la forme d'une prise en charge directe de frais exposés au profit de l'enfant ou encore d'un droit d'usage et d'habitation.

Cette obligation ne cesse pas de plein droit à la majorité de l'enfant. Dans ce cas, le parent débiteur de la pension alimentaire peut demander à ce que celle soit versée directement entre les mains de l'enfant majeur.

Il est à signaler que le non-paiement de la pension alimentaire pendant plus de deux mois est constitutif d'une infraction pénale : délit d'abandon de famille puni de deux ans d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

Par Maître Abdellatif KARZAZI
Avocat au barreau de NICE
Contacter
Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
23 janv. 2018 ... Il est donc essentiel de connaître certaines astuces pour surtout limiter l'impact du...
18 déc. 2017 ... Des aléas de la vie peuvent venir perturber le bon déroulement du divorce. ainsi, lorsqu'un...
Divorce / Divorce pour faute / Par Alexia.fr , Publié le 20/12/2017 à 14h53 ... en tant que faute est très...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
160 problèmes résolus
2
Maître Solange SALMON
Maître Solange SALMON
91 problèmes résolus
3
Maître Marine MATHIAUD
Maître Marine MATHIAUD
17 problèmes résolus
4
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
9 problèmes résolus
5
Maître Audrey Devader
Maître Audrey Devader
8 problèmes résolus