Trouvez votre avocat
Vous êtes avocat ?
Inscription gratuite
Fermer X
Alexia.fr
Fiche pratique rédigée par Maître Vanessa NAKACHE
Contacter

Comment supprimer la solidarité fiscale en cas de divorce ?

Divorce / Fiscalité / Par Alexia.fr , Publié le 30/09/2015 à 18h28
partages
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le mariage crée une solidarité entre les époux concernant leurs dettes. Ce principe concerne les dettes ménagères, mais également les dettes fiscales. Si l'un des époux est défaillant et ne s'est pas acquitté de sa dette fiscale, son conjoint en endosse également la responsabilité au nom de cette solidarité.

Une mesure permet de supprimer cette solidarité, à condition d'en respecter les conditions : la demande de décharge de solidarité de paiement.

Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Devis d'avocats gratuits et immédiats
Voulez-vous divorcer à l'amiable ?
     
Avez-vous des enfants en commun ?
     
Avez-vous des biens immobiliers en commun ?
     
Avez-vous des crédits en commun à rembourser ?
     
Vous, ou votre conjoint, êtes dirigeant ou associé d'une société étrangère ?
     
Avez-vous signé un contrat de mariage ?
     
Habitez-vous toujours ensemble ?
     
Voulez-vous faire une demande d'aide juridictionnelle ?
     
Votre conjoint a-t-il déjà un avocat ?
     
Vous recherchez en priorité un avocat :
Civilité :
Votre code postal : Téléphone :
Demander mon devis
Divorcez en 1 mois dès 180€ par époux
Continuer

Quels impôts sont concernés ?

La solidarité fiscale est totale pour l'impôt sur le revenu et la taxe d'habitation (article 1691 bis du Code général des impôts), ainsi que pour l'impôt de solidarité sur la fortune (article 1723 ter-00 B du Code général des impôts).

L'administration fiscale peut donc se retourner vers l'un ou l'autre des époux pour réclamer le paiement total de la dette. Et la solidarité perdure en cas de séparation, durant une procédure de divorce, et après le divorce tant que la dette n'est pas entièrement remboursée.

Comment obtenir une demande de décharge de solidarité de paiement ?

Cette décharge permet d'obtenir une répartition du montant qu'il reste à payer. Elle ne permet donc pas de s'y soustraire entièrement, mais d'obtenir un montant adapté à ses moyens.

Il faut pour cela réunir trois conditions :

  1. Le couple doit être séparé ;
  2. Le montant de la dette fiscale doit être disproportionné par rapport à la situation financière et patrimoniale du demandeur. C'est notamment le cas lorsque le montant de la dette fiscale est supérieur à la valeur du patrimoine du demandeur, après avoir exclu la résidence principale. Si le demandeur ne dispose d'aucun patrimoine, cette dette est considérée comme disproportionnée lorsque ses ressources ne lui permettent pas de rembourser la dette sur une durée inférieure à 10 ans ;
  3. Enfin, le demandeur doit avoir rempli ses obligations de déclaration fiscale depuis la séparation, sans s'être soustrait frauduleusement à l'impôt.

En réunissant ces trois conditions, la décharge est en principe automatique.

La demande doit être adressé au directeur département des finances publiques du service des impôt de son lieu d'habitation, accompagnée de justificatifs de séparation (jugement de divorce, séparation de corps, ...), ainsi que des justificatifs de ressources et de patrimoine.

Quels sont les effets de cette décharge ?

Si la demande est acceptée, l'administration calcule alors la part que le demandeur doit reverser. Les critères pris en compte dépendent de l'impôt concerné.

  • Pour l'impôt sur le revenu, le calcul prend en compte les revenus personnels du demandeur, auxquels sont ajoutés la moitié des revenus communs du couple et le montant total des revenus du couple.
  • Pour l'ISF, le rapport se fera en fonction du patrimoine.
  • Enfin, pour la taxe d'habitation, le demandeur devra alors s'acquitter de la moitié de la dette.

Si l'époux se trouve dans l'impossibilité de payer sa part d'impôt sur le revenu ou de taxe d'habitation, il peut demander une remise gracieuse. Celle-ci n'est pas possible pour l'ISF.

La demande doit être traitée dans les six mois. Ce délai est susceptible d'être allongé de trois mois, à condition que le demandeur en soit averti. Sans réponse de la part de l'administration passé ce délai, ou en cas de refus expresse, le demandeur peut saisir le tribunal administratif dans les deux mois pour contester cette décision.

Par Maître Vanessa NAKACHE
Avocat au barreau de PARIS
Contacter
Une question en Divorce ?
Nos avocats vous répondent gratuitement
83%de réponse
A voir également
18 janv. 2018 ... La solidarité des époux signifie que :- chacun des époux peut passer seuls les contrats qui...
12 mars 2018 ... Cette solidarité existe également en matière fiscale, pour le paiement de l'impôt sur le...
7 mai 2018 ... L'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est payé par les personnes ... Sauf à être ...
Une question en divorce ?
Les avocats vous répondent gratuitement
Posez votre question

Questions résolues

Je suis actuelement chez mon pere et je souhaite aller vivre chez ma mere qui elle reside en france. je suis majeur mais
Résolue par Maître TEISSEDRE
Ma fille de 18 ans vient de se disputer violemment avec son père et ne veut plus le voir. c'est définitif. elle va
Résolue par Maître TANGALAKIS
Ca fait 1 an que je suis divorcé ,j'ai pris un avocat depuis quelques mois en atendant que mon ex marie me
Résolue par Maître TANGALAKIS

Avocats les plus actifs
en divorce

1
Maître Eduardo de Almeida Costa
Maître Eduardo de Almeida Costa
180 problèmes résolus
2
Maître Solange SALMON
Maître Solange SALMON
54 problèmes résolus
3
Maître Marine MATHIAUD
Maître Marine MATHIAUD
17 problèmes résolus
4
Maître Ariel DAHAN
Maître Ariel DAHAN
14 problèmes résolus
5
Maître Laurie BOIREAU
Maître Laurie BOIREAU
7 problèmes résolus